Creatives

Certaines rencontres gagneraient à être évitées. Comme celle avec un train. Car derrière le pare-brise, il y a des femmes et des hommes. La plupart des nyonnais ne se lèvent pas chaque matin avec la peur de l’accident… Eux, si.

Confrontée à des accidents réguliers liés à des comportements dangereux aux abords de la voie ferrée, la Compagnie du chemin de fer Nyon-St-Cergue-Morez souhaite conduire une campagne de sensibilisation pour pallier à cette situation.

La plupart des campagnes de sensibilisation aux dangers de la route (ou des voies) mettent le focus sur le danger, qu’ils expriment de diverses tournures créatives. Nous aurions pu agir de la sorte dans le cadre de cette campagne… Mais après plusieurs mois de mesures coercitives liées à la crise sanitaire, les riverains et promeneurs ont-ils vraiment envie de se voir dicter des bons comportements aux abords des voies?

Le concept

L’accident est chose brutale, qui met un point final à toute histoire. Il y avait un avant. Il y a eu un après. Parfois, il n’y aura pas même d’après. Pour rester maître de notre histoire, ne laissons pas le train avoir le mot de la fin!

Le concept du mot de la fin prend vie autour de situations anodines qui dérapent graphiquement, mettant en lumière les dangers liés à des comportements inappropriés. 

Cette campagne hyperlocalisée est à voir depuis le mois de mai sur la zone couverte par le réseau NSTCM, mêlant affichage, pelliculage de trains, écrans embarqués et réseaux sociaux. 

Un concept imaginé par Mathieu Fouvy, Gilles Dumont et Philippe Laubry.

Grüezi!
1
Discutons !
Une question? On répond!